Patrimoine agricole

L’agriculture à Cervières

L’agriculture reste bien présente sur la commune et possède la plus grosse concentration d’agriculteurs du Briançonnais car elle en compte une dizaine, dont une grande partie de jeunes, qui vivent essentiellement de leurs activités agricoles. Les productions sont variés: fromages, viande d’agneau, oeufs, laine, produits cosmétiques etc…

Retrouvez la liste des producteurs locaux: https://cervieres.fr/tourisme/visiter/

L’alpage accueille environ 4 000 ovins (brebis, agneaux), 60 caprins (chèvres et boucs), 75 bovins (vaches) et 16 équins (chevaux) de la commune, plus 1 750 ovins transhumants. Les conventions pluriannuelles de pâturages ont été renouvelés en 2020 pour 5 ans.

Les agriculteurs et acteurs du tourisme partagent et entretiennent leurs richesses naturelles. Le patrimoine de la commune est labellisé au titre de zone Natura 2000 pour le pic de Rochebrune, l’Izoard et la haute vallée de la Cerveyrette.

“Le Cerveyrin passe le long hiver au village enseveli sous les neiges. Dans sa grande maison, il a engrangé les récoltes sur les plans de la grange boisée, foin parfumé seigle orge et avoine, qu’il battra au fléau dès les mauvais jours sur l’aire aux planches bouvetées. Dans la cave voutée, il a stocké les patates et les légumes du potager ainsi que la viande salée dans les urnes en terre cuite. Quand la neige portera, il partira en convoi avec les hommes, les mulets et les traineaux pour chercher le bois de la coupe. Dans la menuiserie, il réparera ses outils et fabriquera encore de nouveaux coffres ou des bardeaux de mélèze pour réparer le toit.
Comme chaque jour, son épouse fabriquera les fromages et battra la crème pour le beurre qui sera vendu le jeudi dans la Gargouille. A l’étable, bien au chaud auprès des bêtes, elle tissera ou tricotera la laine filée pendant la veillée avec les voisines, les enfants dans leurs girons et les hommes jouant aux cartes.
Au retour du printemps, enfin, une partie des villageois « se changent » en gagnant les chalets d’alpages les moins élevés, pas trop loin des champs à planter, ils « suivent l’herbe » et se changeront à nouveau pour la fenaison du plein été en occupant les hameaux les plus hauts de la vallée des Fonts.
Quand la forêt s’embrase de ses couleurs d’automne, il est temps de récolter les patates et de finir de rentrer les récoltes de foin dans les granges avant que n’arrivent les premières neiges”

 

L’alpage

La vallée de Cervières a depuis toujours une vocation pastorale forte. Ces terrains d’altitude représentent de formidables pâturages que les troupeaux, bovins et ovins, parcourent durant la période d’estive, de juin à octobre. Les paysages que vous découvrirez sont en grande partie façonnés par des siècles d’élevage.

Aujourd’hui encore, l’activité pastorale participe à la vie sociale, culturelle et économique de notre vallée et constitue un patrimoine à préserver.

Aussi, afin de protéger leurs troupeaux, les éleveurs de cette vallée peuvent avoir introduits des chiens de protection dans certaines zones.

 

En savoir plus sur les chiens de protection et les gestes à adopter:
https://www.ecrins-parcnational.fr/dossier/chiens-protection-contexte-gestes-adopter